Share

Une résolution en cours d’élaboration par la Commission du développement du Parlement européen doit relever le niveau de l’action de l’UE pour atténuer l’impact du changement climatique sur les populations vulnérables.

Le vendredi 2 octobre, la Commission du développement du Parlement européen (DEVE) votera sur une proposition de résolution relative à l’impact du changement climatique sur les populations vulnérables des pays en développement.

Constatant que le monde est bien loin d’atteindre les objectifs convenus en matière de climat, le projet de résolution invite la Commission européenne à préparer une stratégie globale pour la contribution de l’UE à la limitation de l’impact du réchauffement climatique. Il reconnaît également que la migration devient de plus en plus une nécessité pour y répondre et propose des accords internationaux pour gérer la migration climatique.

Eva Izquierdo, coordinatrice du plaidoyer #ClimateOfChange au Bureau européen de l’environnement, a déclaré :

“Nous nous félicitons que DEVE ait élaboré un texte qui reflète le fait que la crise climatique multiplie les menaces qui poussent les gens à migrer. Le rapport exhorte l’UE à faire davantage pour devenir neutre sur le plan climatique le plus rapidement possible, faisant ainsi écho aux voix des jeunes qui ont régulièrement manifesté dans la rue.

Cependant, l’UE doit aussi devenir une destination plus accueillante pour les migrants et les réfugiés et doit développer des systèmes de protection spécifiques pour les migrants climatiques”.

En reconnaissant le manque de financement suffisant pour les communautés les plus touchées dans le Sud, en particulier pour les mesures d’adaptation, nous félicitons le rapporteur Mónica Silvana González d’avoir inclus la reconnaissance du fait que “l’UE, ses États membres et d’autres pays développés et émergents doivent radicalement intensifier leurs actions, étant donné que les gaz à effet de serre dans l’atmosphère responsables du changement climatique ont été émis presque exclusivement par eux”.

La résolution fait référence à l’inégalité entre les sexes en ce qui concerne la vulnérabilité aux effets du changement climatique et prévoit des financements et des mesures spécifiques pour y remédier, ainsi que le soutien aux jeunes et la reconnaissance de leur contribution précieuse à la sensibilisation mondiale au changement climatique et à la nécessité de responsabiliser les jeunes générations.

Relever la barre

Ces points clés sont les pierres angulaires du projet #ClimateOfChange, financé par l’UE et dirigé par WeWorld-GVC avec 15 partenaires de l’Union européenne, dont le Bureau européen de l’environnement (BEE). Il vise à engager et à mobiliser les jeunes autour du lien entre le changement climatique et la migration. Dans le cadre de notre campagne et de nos actions de plaidoyer, nous appelons les députés européens de la commission du développement à faire un pas de plus et à être encore plus ambitieux.

La réduction des émissions exigée par les députés européens doit être de l’ampleur nécessaire pour contribuer à maintenir la hausse des températures mondiales en dessous du niveau critique de 1,5⁰C. Cela implique des réductions des émissions de gaz à effet de serre de 65% d’ici 2030. En outre, #ClimateOfChange exhorte les députés européens à appeler à l’éradication de la pauvreté et à la réduction des inégalités.

En énonçant les politiques et les financements nécessaires à cette stratégie, nous proposons d’inclure tous les secteurs, et en particulier les politiques industrielles, commerciales, agricoles, d’investissements et de migration. En effet, notre stratégie climatique doit imprégner tous les domaines et être transversale, et nous devons construire une économie redistributive et régénératrice.

Le consortium #ClimateOfChange se penche précisément sur ce sujet dans le cadre d’une recherche dirigée par Oxfam Allemagne : une économie humaine qui respecte à la fois le droit de chacun à satisfaire ses besoins fondamentaux et les limites des systèmes naturels de notre planète.

Une Économie écologique

Une dernière revendication de #ClimateOfChange est la reconnaissance non seulement des catastrophes naturelles, mais aussi des effets du changement climatique à évolution lente, en tant que moteur de la migration nécessitant des mesures de protection et de soutien pour les personnes qui sont obligées de se déplacer à l’intérieur et entre les pays.

Margherita Romanelli, coordinatrice du plaidoyer #ClimateOfChange chez WeWorld-GVC, a déclaré :

“Le changement climatique est principalement le résultat d’un modèle de développement de production et de consommation non durable. Nous, société civile et citoyens, demandons à l’Union européenne et à ses États membres d’agir maintenant avec courage pour mener la transition vers une économie écologique qui respecte les droits humains et environnementaux.

L’Europe doit relever le défi et mener le changement mondial vers un nouvel humanisme écologique et vaincre les inégalités.”

Nous appelons tous les eurodéputés de la commission à prendre en considération les amendements que le Consortium #ClimateOfChange a proposés et à voter, parce que nous manquons de temps et que cette résolution est un pas important vers la reconnaissance des personnes qui souffrent le plus des conséquences, et qui représentent le visage humain du changement climatique.

Pour plus d’informations :

Khaled Diab

Responsable de la communication par intérim

khaled.diab@eeb.org

Plus de nouvelles