Share

Le 1er novembre, le Bureau pour l’égalité des chances de la ville de Heidelberg et la Coalition européenne des villes contre le racisme ont accueilli à Heidelberg la Master Class de l’UNESCO intitulée “Continuités coloniales et activisme climatique”.

La Master Class “Réfléchir au privilège de l’activisme climatique blanc” a accueilli plus de 100 participants venus de toute l’Allemagne et de l’étranger. Des activistes climatiques, des scientifiques et des artistes, ont mis en évidence le rôle de l’intersectionnalité en tant que composante clé de l’activisme pour la justice climatique et ont montré les relations entre l’exploitation coloniale, son prolongement moderne et le changement climatique et l’activisme, qui structurent le mouvement climatique.

Tout au long de la journée, les participants ont été invités à adopter différentes perspectives sur l’activisme climatique, à réfléchir à leurs propres perceptions raciales et à s’engager dans des schémas de pensée coloniaux.

Après avoir ouvert la conférence par des contributions musicales et poétiques de Celina Bostic et Shofie Bahlawan, des activistes et des scientifiques ont abordé le racisme au sein de leur mouvement et ont réclamé une réflexion sur les structures et les objectifs des organisations climatiques. L’activiste kényane, Anita Soina, a demandé: “Si nous nous discriminons nous-mêmes, alors que nous avons un objectif commun, allons-nous atteindre cet objectif commun ? Allons-nous gagner la guerre contre le changement climatique ?” Cette question a été reprise par le scientifique et activiste de la décroissance Tonny Nowshin, qui a affirmé que “ce mouvement devrait changer, si nous disons que c’est le combat de notre temps”. Shayli Kartal, a expliqué comment les perspectives des Personnes Autochtones, Noires et de Couleur (PANdC) sont effacées et a demandé un soutien et des espaces plus sûrs pour les PANDC au sein de leurs organisations. A la fin de la première session, Leonie Baumgarten-Egemole et Line Niedeggen ont donné des exemples de la façon dont l’intersectionnalité pourrait être réalisée en pratique et ont souligné que “les PANdC, dans le mouvement pour la justice climatique, doivent se mettre en relation et échanger, pour s’autonomiser”.

Les ateliers suivants, intitulés “Réfléchir à ses propres privilèges et récits” et “Stratégies organisationnelles inclusives”, animés par les conférenciers de “Antirassismus vor Acht”, Se McCarthy et Aaron Müller, avec le soutien d’Evein Obulor, ont abordé la discrimination raciale dans différentes dimensions sociétales et les obstacles à la participation aux mouvements climatiques allemands. Les participants se sont penchés sur leurs propres schémas de pensée et ont réfléchi à leur positionnement dans les relations globales de pouvoir. En petits groupes, les participants à l’atelier ont discuté des stratégies pour combattre activement le racisme et réduire les obstacles à la participation et à la représentativité dans leurs mouvements.

Pour terminer la Master Class, un comité d’activistes climatiques de différentes organisations en Allemagne a discuté des stratégies pour un mouvement climatique inclusif. Modéré par Ali Can, Imeh Ituen (Black Earth), Dante Davis (Locals United), Asuka Kähler (Fridays for Future Frankfurt) et Jane (Extinction Rebellion Heidelberg) ont partagé leurs expériences dans les organisations climatiques entre eux et avec les participants. Le débat a porté sur les conceptions blanches et européennes de l’activisme climatique et sur l’effacement des perspectives PANdC au sein du mouvement. Imeh Ituen a souligné que “nous ne pouvons pas rester coincés dans un débat sur la représentation des PANdC, car les demandes et les contenus des organisations climatiques doivent également être décolonisés”. Jane a souligné l’importance d’une compréhension approfondie et partagée du colonialisme et d’une utilisation authentique du concept de justice climatique. Elle a appelé les participants à “s’instruire sur la décolonisation”.

Compte tenu de l’augmentation des cas de Covid-19 en Europe et à Heidelberg, la marche urbaine “Traces et continuités coloniales dans la ville”, le 31 octobre, a dû être reportée.

Télécharger le Program UNESCO Master Class, November 1

Image © ECCAR

Plus de nouvelles